La république d'Haïti victime d'une désinformation scandaleuse

Montréal, juin 2004


Silence coupable face à la tragédie qu'elle traverse


Voici  des informations importantes qui auraient dû être mentionnées dans les médias pour permettre au public de comprendre un tant soit peu la tragédie qui se vit actuellement en Haïti.

Des faits historiques ont engendré la situation déplorable d'Haïti.. Ces faits devraient être connus des journalistes et servir de base à toute lecture des événements présents en Haïti. On pourrait éviter ainsi le piège de la désinformation amenant à des commentaires comme celui que nous avons pu lire dans le journal ICI au mois de février dernier "... le peuple d'Haïti possède un chromosome du bordel..."   : !!! Voici donc des données essentielles qui doivent être connues pour comprendre la situation haïtienne:

- Haïti a dû rembourser à la France une dette immense et illégitime pendant plus d'un siècle.   Puis d'autres créanciers ont pris la relève. Ce petit pays (le plus pauvre des Amériques) est maintenu de façon outrageuse dans un état d'endettement perpétuel par les grands financiers internationaux ( FMI, Banque Mondiale, États-Unis...) et ce, jusqu'à aujourd'hui.    (*)

- Depuis la révolte des esclaves et jusqu'à maintenant, Haïti subit des pressions énormes des pays esclavagistes ou qui l'ont été. Comme s'il s'agissait, pour ces derniers, de punir et de détruire le " mauvais exemple " haïtien.  

- Les États-Unis ont envahi Haïti en 1915 et l'ont occupé jusqu'en 1934   , y pratiquant ou favorisant: massacres, acculturation, déforestation, destruction de certains produits agricoles et d'élevage, destructions de réseaux sociaux-économiques (comme ceux reliés au vaudou  )

- De façon répétée au cours de l'histoire, les bases traditionnelles de la culture haïtienne ont été agressées par l'élite du pays et diverses institutions: injures, massacres, destructions de temples et d'objets sacrés. On a pu assister à des ingérences abusives de l'Église catholique et des missions protestantes états-uniennes.  

- Les États-Unis ont soutenu plusieurs dictatures militaires ainsi que des  groupes paramilitaires ayant fait des ravages surtout dans la paysannerie, chez les masses pauvres ou au sein de milieux progressistes.  


(* Les notes rassemblées à la fin de la présente lettre sont passablement exhaustives. Elles se suivent dans un ordre qui permet d'en lire le contenu de façon continu, sans aller-retour à la lettre.)

- Haïti a connu et connaît encore une carence énorme en ce qui a trait à ses institutions politiques, sociales et démocratiques. Notons principalement le mal fonctionnement du système de justice qui a toujours été corrompu et sous l'influence des oligarchies.  

- En parti à cause de leur mécontentement suite à l'abolition de l'armée par Aristide, les militaires licenciés ont pratiqué de multiples sabotages et actes de déstabilisation, assassinats, massacres...   

- L'oligarchie économique haïtienne tend à accumuler ses capitaux à l'étranger plutôt que de les réinvestir dans l'économie du pays.

- Tout au long des périodes où Aristide était en poste comme Président, les États-Unis ont imposé un embargo de fait sur le pays et sur le gouvernement par le biais du FMI (Fonds Monétaire International), de la BID (Banque Inter-Américaine de Développement), de l'OEA (Organisation des États Américains) ...  


Outre la prise en compte et la mention des faits qui précèdent, voici quelques suggestions aux journalistes pour que la couverture de la crise haïtienne soit plus équilibrée et se distancie des vagues médiatiques souvent pleines de distorsions et manipulées par des forces d'opposition mensongères  XVIII   (La note " XVIII " est à la fin du présent document comme conclusion):

1. Ne serait-il pas normal de donner la parole aussi à des partisans de Jean-Bertrand Aristide. Même s'ils sont, pour un grand nombre, pauvres, non instruits et mal organisés, ils ont souvent une très bonne connaissance de l'histoire (grande ou petite) d'Haïti ainsi qu'une conscience élevée du contexte global de la crise dans toute sa complexité. Pour cela vous aurez besoin de traducteurs compétents capables de bien rendre leur message car ces personnes ne parlent à peu près pas le français tout comme 80 à 90% de la population. Il est à noter que les manifestations d'appui à un retour du Président démocratiquement élu ont à peine été mentionnées dans les médias d'ici contrairement aux manifestations de l'opposition avant le départ d'Aristide qui ont fait la une. Qui donc sont les "partisans" d'Aristide ainsi que ses supposées milices appelées " chimères " ?     

2. Vous devez aussi informer la population de qui sont les leaders des forces rebelles et qui est l'opposition dite "démocratique" et "civile".     


3. Étrangement, la demande de réparation (21 milliards de dollars) faite à la France par le Président Aristide coïncide avec une augmentation des pressions de toutes sortes sur le gouvernement de la petite république des Caraïbes. Il serait donc important de fouiller l'historique des interventions françaises en Haïti    en allant au-delà des conclusions du Rapport de la commission Debray commandé par le gouvernement français dans le but de documenter sa réponse aux demandes de réparations faites par Aristide au nom de son pays.

4. Pour éviter qu'Haïti ne tombe dans l'oublie, il est essentiel de rester informé sur un élément important de cette crise, soit la demande d'enquête sur les conditions du départ précipité du Président Aristide entouré de soldats états-uniens puis français   . Cette demande d'enquête faite par les autres pays des caraïbes réunis au sein de la CARICOM,  par l'Afrique du Sud ainsi que par les mouvements Noirs et Démocrates états-uniens se doit d'être prise au sérieux si le principe de droit à la démocratie s'applique à Haïti. De plus, il ne faudrait pas passer sous silence les poursuites entreprises par Aristide autant en France qu'aux États-Unis quant à ce qu'il qualifie d'enlèvement international.  

5. Il est également nécessaire de suivre avec une attention rigoureuse le dossier des accusations de non-respect des droits humains,  de corruption et de trafic de drogue portées contre Aristide et ses proches. Il est essentiel de replacer les témoignages et les actes reprochés dans le cadre d'une démocratie naissante, bafouée par sa propre "élite" et par certains États dit démocratiques. Il y a lieu aussi de tenir compte de la situation d'un homme d'État continuellement menacé d'enlèvement ou d'assassinat.  

Pour conclure, il me suffit de vous demander de bien lire les notes qui suivent en terminant par celle qui concerne directement les médias ( )  à la fin du présent document. Nous sommes en droit d'exiger des médias qu'ils nous donnent accès à une information impartiale, transparente et la plus complète possible.

Il serait normal qu'une attention particulière soit portée à la couverture des événements qui concernent ce pays qui a marqué l'histoire du monde de façon exceptionnelle. ... Malheureusement, c'est tout le contraire. On nage dans une confusion  malsaine et dangereuse! ...  

Il s'agit de l'acceptation ou du refus de la violation flagrante du droit à la démocratie !

Je vous remercie de l'attention que vous portez à la présente.

Bien à vous,

Vincent Dostaler
Montréal

L'auteur est Québécois d'origine.Il a réalisé deux documentaires traitant des relations avec les cultures ancestrales en Amérique du Nord: UNE TERRE AU COEUR, 1991 - et -  KASHKINA l'autobus de la paix, 1995Il a été responsable des relations publiques pour une délégation de ZANTRAY au Bénin en 1999.  ( ZANTRAY: Les enfants de la tradition ancestrale Haïtienne) Depuis 1987, il est membre du collectif  MAPU GINEN  voué à la transmission de la culture haïtienne dans la diaspora.


N.B:   POUR UNE EXCELLENTE SYNTHÈSE ÉNUMÉRANT NOMBREUX POINTS CRUCIAUX DE LA CRISE, VOYEZ CI-JOINT LE DOCUMENT INTITULÉ:

ABDUCTING DEMOCRACY: A MADRE STATEMENT ON HAITI'S 33RD COUP D'ETATYifat Susskind (Associate Director), MADRE,  mars 2004

 

Aristide.Org created and maintained by Jay Atkinson